Assistante Petite Enfance

Parents ! Dans les années à venir vos enfants seront concernés !

Une réforme lourde à supporter pour nos villages.
Nous agissons aussi sur le Pôle Scolaire Guillaume de Machault.

Pétition à télécharger =>  Pétition-rythmes-scolaires

Adressée à : M. VINCENT PEILLON

Au Ministre de l’Education nationale, Vincent PEILLON: stopper la réforme des rythmes scolaires en Franc

Jean-Michel FOURGOUS

France

Appel aux Maires, aux parents et aux enseignants

STOP A LA REFORME PEILLON SUR LES RYTHMES SCOLAIRES !

La réforme des rythmes scolaires du Ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon, est déjà, avant même son application complète, une aberration économique, familiale et éducative. De plus, elle entraînera automatiquement une hausse des impôts locaux (jusqu’à 5 points d’impôts en plus !) dans un contexte de ras-le-bol fiscal des Français.

Cette réforme totalement bancale, dont l’objectif est de rééquilibrer les rythmes des enfants en revenant à la semaine de 4 jours et demi pour laisser place à plus d’activités périscolaires, divise le corps enseignants, inquiète les familles et fragilise les collectivités locales. Alors qu’elle se voulait consensuelle, elle a donné l’image de l’impréparation, de la cacophonie et de l’inefficacité:

C’est une réforme coûteuse et non financée. Contrairement au principe de libre administration des collectivités locales, le Gouvernement a transféré par un simple décret ministériel une nouvelle charge aux communes sans leur transférer les moyens correspondants. Le fonds exceptionnel « d’amorçage » (50 euros/an/enfant) est insuffisant (coût estimé : minimum 150 euros/an/enfant, et jusqu’à 500 euros en zone rurale !) et ne sera pas pérenne. Selon un sondage Harris, 73 % des Français n’acceptent pas de payer plus d’impôts locaux pour que les activités périscolaires soient gratuites.

C’est une réforme injuste. Elle creuse les inégalités entre villes riches et villes pauvres. Les activités périscolaires n’étant pas obligatoires, les familles aisées pourront récupérer leurs enfants plus tôt (dès 15h30) ; les autres, n’auront pas le choix. Par ailleurs, L’enseignement privé sous contrat n’est pas tenu d’appliquer cette réforme, créant ainsi une école à deux vitesses.

C’est une réforme qui divise. Elle a été le théâtre de fortes résistances au changement dans le système éducatif. Censée être un exemple de concertation, elle s’est faite, à la hâte, sans plan de financement, et sans l’accord des syndicats, des parents d’élèves et des élus locaux. Résultat : moins de 20% des communes sont passés aux 4 jours et demi à la rentrée 2013, avec souvent une cacophonie à la clef (ex. : à Trappes, dans les Yvelines, la semaine est désorganisée et les activités se limitent à de la simple garderie).

C’est une réforme qui n’a pas démontré son efficacité. Le niveau de fatigue des enfants est inchangé. Les programmes scolaires n’ont pas été adaptés et les inégalités sociales se creusent chaque jour davantage. Le sys­tème sco­laire fran­çais favo­rise l’exclusion des élèves des milieux modestes. La réforme Peillon ne fait qu’accentuer ce phénomène.

L’Ecole française mérite mieux. A choisir, il aurait mieux fallu affecter le milliard et demi d’euros que coûterait la réforme des rythmes scolaires à un grand plan de modernisation de la pédagogie avec les outils numériques.

Il faut remettre complètement à plat la réforme Peillon qui ne satisfait personne, faire d’urgence une évaluation, et permettre aux communes de reporter son application.

Les Maires n’ont pas l’intention de financer cette réforme par l’augmentation des impôts locaux, surtout à une période où le pouvoir d’achat de nos concitoyens baisse et doit être protégé.

Une proposition de loi déposée par plus de 90 députés d’opposition « permettant le libre choix des maires concernant les rythmes scolaires dans l’enseignement du premier degré », a été enregistrée à la présidence de l’Assemblée nationale le 23 octobre 2013.

SIGNEZ CETTE PETITION CONTRE LA REFORME PEILLON !

Jean-Michel FOURGOUS

Maire d’Elancourt (78)

Pétition adressée à :
M. VINCENT PEILLON, Ministre de l’Éducation nationale

Les parents d’élèves passent à l’action contre la réforme des rythmes scolaires

Publié le 12/11/2013

Par Sophie BRACQUEMART

SAINT-LOUP-EN-CHAMPAGNE (08). Des parents d’élèves se mobilisent contre la réforme des rythmes scolaires. Ils incitent à un boycott national ce mercredi. Un exemple parmi tant d’autres, à Saint-Loup-en-Champagne.

ILS n’ont rien des « Bonnets rouges ». Ce qui ne les empêche pas d’être fort mécontents. Sous la houlette de collectifs de parents d’élèves, contre la réforme des rythmes scolaires et pour l’abrogation de celle-ci, Christophe Henry, Virginie Varin et Isabelle Prudhommeaux ont décidé de partir en croisade. « Nous invitons tous les parents d’élèves qui le souhaitent à nous rejoindre ce mardi après-midi dans la salle communale de Saint-Loup-en-Champagne, où nous allons nous organiser pour la journée de boycott national programmée mercredi. »

Fatigue

Brainstorming au programme. « Nous chercherons les slogans à scander ou reproduire sur nos pancartes et banderoles. » Distribution de tracts également, pour fédérer le maximum de parents. S’ils prévoient ainsi de monter au créneau, c’est parce qu’ils estiment que la réforme des rythmes scolaires n’apportera rien aux enfants. « Ce ne sera peut-être pas aussi flagrant dans les grandes villes. Mais en zone rurale, nous serons une fois de plus des parents pauvres. Nos enfants vont se retrouver à se lever le mercredi matin pour aller faire du coloriage et du découpage à l’école. » « Le lundi 4 novembre, nous avons reçu un courrier fort révélateur de la part de la communauté de communes des plaines du Porcien, explique Christophe Henry. Un appel aux bonnes volontés a été lancé par ce biais pour savoir qui, des parents d’élèves et des membres d’associations, accepterait d’animer des activités de 16 h 15 à 17 heures. Sans s’assurer que ceux-ci ont des compétences particulières… » Autre problème soulevé : « Le nouveau rythme imposé n’aura pour autre conséquence que de les fatiguer encore plus. » « Ils se lèveront toujours aussi tôt pour rentrer toujours aussi tard. Ce, cinq jours d’affilée, du lundi au vendredi. » À ajouter au tableau, les difficultés que les parents d’élèves rencontreront pour inscrire leurs enfants à une activité sportive le mercredi après-midi. « C’est déjà compliqué en temps normal sur Rethel. Beaucoup de gamins pratiquent le soir en semaine à défaut de bénéficier d’un créneau le mercredi dans la journée. Qu’est-ce que ça sera l’année prochaine… » « Tout est fait en dépit du bon sens. Et encore, on ne parle que du cas des écoliers du cycle 3. En maternelle, ce sera encore pire. » Pour exprimer leur mécontentement, Christophe Henry, Virginie Varin et Isabelle Prudhommeaux prendront part à l’opération classes vides initiée par les collectifs de parents d’élèves en colère. « En plus de ce boycott national, nous nous rassemblerons sur la place du village de 8 h 50 à 12 heures où nous inviterons tous les parents qui le souhaitent à signer une pétition. » Une chance que Peillon fasse marche arrière ? « Si les Français se mobilisent, c’est possible. Il ne s’agit pas de râler dans son coin sans rien faire. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :